Le bal des folles – Victoria Mas

La quatrième : 

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.



Les bonnes surprises littéraires, ça donne vraiment le sourire. Prenez ce roman, qui me faisait très envie à sa sortie, eh bien au bout de quelques semaines à en entendre parler encore et encore et à enchaîner les déceptions sur les titres de la RL, je crois bien que je n’en attendais plus grand chose. Et bim ! C’est comme ça que je me suis laissée surprendre par ce Bal, bien différent de ce à quoi je m’attendais, une lecture vibrante et profonde qui, en à peine 250 pages, m’a fait passer par toutes sortes d’émotions …

Loin d’hystériques qui dansent nu-pieds dans les couloirs froids, seule prédomine ici une lutte muette et quotidienne pour la normalité.

Colère noire, indignation, tristesse, respect, admiration, surprise … Le destin de ces femmes est loin de laisser indifférent. Après L’étrange disparition d’Esme Lennox et La salle de bal, deux beaux romans abordant également l’internement forcé des femmes, je me disais que cette thématique finirait peut-être par me lasser ou par laisser un petit arrière-goût de déjà-vu. Mais Victoria Mas l’a abordée avec sa propre sensibilité et une réelle intelligence humaine, et petit détail qui a son importance, c’est au coeur de notre capitale que se déroule l’action. Ça donne cette petite implication en plus du lecteur, en tout cas j’ai été d’autant plus touchée d’imaginer ces femmes, si potentiellement proches de moi, enfermées contre leur volonté. Sans oublier cette touche de fantastique amenée par la jeune Eugénie, qui m’a un peu inquiétée au début mais qui a été si savamment imbriquée dans le récit que je me suis vite laissée convaincre.

Existe-t-il pensée plus consolante que de savoir les proches défunts à vos côtés ? La mort perd en gravité et en fatalité. Et l’existence gagne en valeur et en sens. Il n’y a ni un avant ni un après, mais un tout.

L’ambiance du roman est glaçante. Du début à la fin, on se sent pris au piège comme ces femmes dont la seule perspective un tant soit peu distrayante est ce fameux Bal des folles, événement qui transforme la Salpêtrière en zoo de mauvais goût. La langueur de ces longues journées sans espoir, le gris d’une vie sans avenir … De ses mots, Victoria Mas nous transperce l’âme. Mais ce destin, triste et morne, n’est pourtant rien en comparaison de ce qu’ont vécu nombre d’entre elles hors des murs. Ce n’est pas une histoire de folles qui est contée ici, mais de femmes que la vie a maltraitées. Des parents abusifs, des hommes violents, ou encore des deuils impossibles … C’est un grand manifeste féministe tout autant qu’une leçon de vie, qui fait mal mais dont on peut se relever. Car la lumière perce à travers ces pages, et la force de ces femmes à qui pourtant on a voulu dénier toute liberté ne se laisse pas si facilement briser.

Elles sont si belles, si bouleversantes, ces jeunes filles abusées, ces vieilles femmes désillusionnées … Fragilisées mais pourtant si puissantes. Je les ai toutes quittées avec regret. Je ne peux que vous encourager à votre tour, si ce n’est pas déjà fait, d’aller à leur rencontre. Elles ont tant de choses à dire …

Note finale : 8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close