La main de l’empereur t.2 – Olivier Gay

La quatrième : 

Que faire lorsqu’un général devient trop populaire ?

Les guerres koushites sont finies, mais l’Empire ne connaît pas la paix. Entre les barons qui profitent de la situation pour se rebeller et la corruption qui règne au sein de la capitale, Rekk va de nouveau avoir fort à faire.

Aux côtés du jeune duc Gundron, le Boucher reprend du service. Il peut toujours compter sur les femmes de sa vie, Bishia et Dareen, pour le guider dans la bonne direction. Mais est-ce vraiment la bonne ?

Pour protéger ceux qu’il aime, Rekk est prêt à tout.



Ah la la mais oui ! C’est ça qu’on veut ! Ça, c’est de l’excellente héroïc-fantasy comme on aime ! (Oui vous remarquerez que je suis toujours assez surexcitée quand un bon roman de fantasy passe entre mes mains, c’est comme ça, c’est grisant !).
J’avais beaucoup aimé le tome 1, mais ce second tome est une petite bombe. Sans vous spoiler, on continue à suivre les aventures de Rekk, ce jeune gladiateur devenu général, qui doit poursuivre son chemin après une guerre qui l’a élevé au statut de légende mais qui lui a surtout laissé des séquelles … La femme qui se tient à ses côtés va-t-elle l’aider à obtenir cette vie paisible et heureuse à laquelle il aspire ?

Le bandit cligna des yeux. Il avait cru que la main du garde était vide, et pourtant il tenait désormais une épée. C’était impossible, personne ne pouvait dégainer si rapidement. Et puis il cessa d’admirer cette prouesse technique, parce que sa gorge était tranchée et que l’air n’y passait plus.

Dans ce tome, on va de surprises en surprises. Olivier Gay nous laisse à peine le temps de respirer, les événements s’enchaînent avec fluidité et panache, ça pulse, ça envoie et en même temps, rien ne paraît précipité. Si Rekk a souffert pendant le premier tome, il faut bien avouer que la vie ne va pas être plus tendre avec lui dans ces nouvelles pages … bien au contraire. J’ai souvent eu le coeur serré pour ce personnage complexe, à la fois trop naïf et sincère pour être heureux dans cet empire où rien d’autre ne compte que le pouvoir et aussi parfois trop buté et extrême dans ses prises de position. Personne n’est blanc ou noir. Mensonges, manipulations et trahisons, égos blessés et rêves piétinés, tout concorde à créer de l’explosif, du renversement de situation insoupçonné, et plus que tout, de la vengeance froide et implacable. Impossible de se détacher de cette ambiance ultra prenante et de quitter Rekk …

Et je ne vous parle même pas de cette fin qui promet des sommets de classe dans l’autre duologie de l’auteur, Les épées de glace, qui est sortie en premier mais qui se passe des années plus tard (l’auteur lui-même m’avait recommandé de commencer plutôt par La main de l’empereur alors que j’ai plutôt tendance à lire les séries dans l’ordre de parution). Et petit bonus : j’ai déjà cette suite dans ma PAL ! Ô joie ! Merci Olivier Gay pour cet excellent moment, et avis aux amateurs de Gemmell : ne laissez pas passer ces romans !

Note finale : 9/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close