Sol – Raluca Antonescu

La quatrième : 

Un incident apparemment anodin déclenche un flot d’injures intolérable. Débordés par une réalité qu’ils auraient préféré taire, les membres de la famille Cioban survivent. La parole soudainement libérée réfléchit cependant les crispations profondes d’un pays, la Roumanie, tour entier soumis à la terreur et au silence par un régime autocrate. Forcées de choisir l’exil, seules, les deux jeunes adolescentes de la famille auront à s’inventer une nouvelle vie en Suisse. A l’une, les aléas de l’histoire donneront un fils. A l’autre, la tâche et le soin de l’élever. Couches après couches – sable sur argile, calcaire sur sable, l’humus recouvrant le tout pour former une terre – un sol s’arrondit pour accueillir cet enfant, Johan. Dépositaire d’une mémoire amputée, il lui faudra pourtant réapprendre à fouler un sol : réapprendre à vivre. Sol est une fresque familiale foisonnante, pleine de suspense, qui observe les effets du déracinement sur plusieurs générations. Un roman doux et lumineux où la tristesse et la violence sont toujours près de refaire surface.



Lecture de septembre d’Exploratology, Sol rejoint le large panthéon des puissantes découvertes faites grâce à cette fabuleuse box littéraire.

Dictature faisait partie des mots imprononçables, des mots qui projetaient l’esprit dans une terreur brute.

Sol. Un mot si court en guide de titre, mais si riche. Un seul mot pour parler d’une famille déchirée, déracinée. Un seul mot pour parler de ces années de terreur communiste en Roumanie dont je ne connaissais pas l’histoire, une histoire pourtant bien connue de nombreux pays européens au XXe siècle : dictature, soumission, famine, emprisonnements, camps de travail.

En plein coeur de ces années d’angoisse, un grand-père, devenu fou par la peur et le silence, menace l’équilibre fragile d’une famille par son flot inconsidéré de paroles injurieuses. Il va conduire ses petites filles sur la route de l’exil, et sera le point de départ de plusieurs décennies de solitude, de souffrances, de rage.

Après qu’ils vinrent chercher le grand-père, le silence qui s’abattit sur le village fut comme une énorme chape de poussière. C’est un silence opaque, le silence de la peur. Un silence qui masquait et étouffait jusqu’aux battements du coeur. La peur de laisser sortir à leur insu une parole dangereuse cloua les lèvres.

Raluca Antonescu, elle-même roumaine exilée en Suisse, a su donner une force et une présence physique hors norme à son histoire. Sa plume, incroyablement sensorielle, m’a happée. J’avais vraiment l’impression de ressentir physiquement certains passages de son roman. Ce quasi-thriller pique la curiosité du lecteur tout le long du roman car le destin tragique de cette famille nous est conté par bribes et un mystère plane sur la vie de Johan, le dernier de la lignée. En nous baladant d’une époque à l’autre, l’autrice déroule avec beaucoup d’intelligence l’histoire de ces personnes déracinées, nous laissant le temps de les connaître, d’appréhender tout ce que l’exil a pu faire comme ravages dans leurs âmes.

Une rage folle, transmise inconsciemment de génération en génération, couve sous ces pages. Une révolte profondément ancrée dans les gènes. Cette histoire très forte nous entrouvre les portes d’une Europe d’apatrides et met des mots sur la souffrance de millions de personnes. Elle parle d’Histoire, mais aussi de drames privés et intimes, comme le deuil, la culpabilité, le désir d’enfant. Et la rage, toujours la rage. La rage de vivre, de combattre, ou la rage aveugle et anesthésiante due à une vie injuste. Le genre de découverte littéraire qui vous change. 

Note finale : 8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close