Un manoir en Cornouailles – Eve Chase

La quatrième : 

Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais. Cinquante ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ?



Ce premier roman d’Eve Chase a été une excellente surprise, c’était la lecture parfaite pour une journée automnale de Readathon. Je m’attendais à quelque chose de léger et qui se dévore, mais c’était bien plus profond et plus dur que prévu, ce qui n’a fait que rendre ce roman plus difficile à lâcher. Il y a plus qu’on ne le pense derrière cette fabuleuse couverture !

A la façon de Kate Morton, Eve Chase nous fait faire des aller-retour entre deux époques : fin des années 60, la joyeuse petite famille Alton va connaître un terrible drame qui va avoir des conséquences plus terribles encore, et trente ans plus tard, un jeune couple parcourt les routes pour trouver leur lieu de mariage. Tout tourne autour du manoir Pencraw, ou manoir aux Lapins Noirs, au coeur des Cornouailles. Au début, je me suis laissée tranquillement porter par l’histoire, qui avait peut-être un petit goût de déjà-lu justement parce que je commence à être habituée à Kate Morton et aux secrets de famille en littérature. Mais Eve Chase a vraiment sa propre façon d’aborder la vie de famille, les rapports entre frères et soeurs, les réactions face au drame. Il y a une vraie finesse psychologique, rien ne m’a jamais paru irréel ou exagéré. Et sa façon de donner des réponses ou au contraire, de provoquer des interrogations ou des suppositions, est très intelligente. Impossible de savoir vraiment où elle veut nous mener …

… Ce qui est d’autant plus vrai lors des 100 dernières pages ! Je n’étais pas du tout prête pour cette intensité dramatique, pour tout ce que doivent soudainement affronter les enfants Alton et Lorna. Ce dernier quart du roman m’a fait totalement oublier tout le reste, je m’accrochais de toutes mes forces à ce livre pour engloutir les pages et connaître enfin le dénouement. Ce qui couvait dans les chapitres précédents explose d’un coup et provoque des rebondissements à n’en plus finir jusqu’à la toute dernière page. Fermer ce roman, c’est comme ressortir d’une tornade, il faut un moment pour que les pensées et le coeur se calment, mais j’ai trouvé cette fin absolument parfaite.

Si la plume d’Eve Chase n’est pas forcément inoubliable, Un manoir en Cornouailles saura  en tout cas vous embarquer coeur et âme dans son histoire. Loin d’être un roman feel good, c’est pourtant selon moi la lecture idéale si vous avez besoin d’une journée off ou si vous voulez récupérer d’une panne de lecture.

Note finale : 9/10

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close