Jane Eyre – Charlotte Brontë

La quatrième : 

Après une enfance éprouvante, Jane Eyre entre à 18 ans comme préceptrice au manoir de Thornfield Hall, pour s’occuper de la pupille du riche maître des lieux, Edward Rochester. Immédiatement conquise par le manoir perdu entre landes et bruyères, la jeune fille va également succomber au charme du sarcastique et ténébreux châtelain, malgré leur différence d’âge et de fortune. Des sentiments qui ne tarderont pas à être partagés. Mais Thornfield Hall et son maître abritent un lourd secret.



Ô, très chère Jane …

Qu’écrire sur cet immense classique qui n’a pas déjà été crié sur tous les toits ? Rien, tout a été dit et redit, mais je vais ajouter mon petit grain de sel puisque Jane Eyre a rejoint définitivement et avec grand fracas la short list de mes romans favoris de tous les temps. Il y a cette magie qui couve sous les plumes féminines du XIXe siècle anglais, cet immense élan de féminisme et de liberté surgi d’un siècle plein de limites qui ne manque jamais d’illuminer mon chemin de lectrice et de femme. Orgueil et Préjugés, La dame de Wildfell Hall, Nord et Sud … et maintenant ce roman. Ces livres qu’à peine refermés, je meurs d’envie de recommencer depuis le début.

Les femmes sont censées être très paisibles en général, mais les femmes ont tout autant de sensibilité que les hommes ; il leur faut des occasions d’exercer leurs facultés et un champ d’action tout comme à leurs frères ; elles souffrent de contraintes trop rigides, d’une stagnation trop complète, exactement comme en souffriraient des hommes ; et c’est par étroitesse d’esprit que leurs compagnons plus privilégiés décrètent qu’elles devraient se borner à faire des entremets et à tricoter des chaussettes, à jouer du piano ou à broder des sacs.

Et pourtant, j’avoue que j’étais intimidée en ouvrant ce roman. Des soeurs Brontë, j’ai adoré Anne et sa Dame de Wildfell Hall, mais avec Emily, je suis totalement passée à côté des Hauts de Hurlevent … Qui plus est, s’attaquer à un tel monument, c’est toujours difficile. Après avoir entendu tant d’éloges, la peur d’être déçue est d’autant plus forte ! Mais très rapidement, la petite Jane m’a envoûtée. Le début fait évidemment terriblement mal au coeur, puisqu’on plonge immédiatement dans la vie de cette petite orpheline élevée avec cruauté par une famille riche mais qui n’a que faire de cette petite fille bien trop peu malléable. L’injustice dont elle est victime sous ce toit me faisait bouillonner de rage. Mais quel bonheur de la voir grandir, la voir s’affranchir selon ses propres règles. Sans jamais compromettre son âme, Jane fait son chemin avec courage dans un monde dont elle sait bien peu de choses.

L’histoire bascule avec l’arrivée de M. Rochester, et de tout le mystère si savamment distillé par l’autrice autour de Thornfield et de l’ombre maléfique qui y plane … Si la personnalité de Jane forçait déjà l’admiration depuis les premières pages, c’est au coeur de l’histoire qu’elle se révèle. La force de caractère de Jane est magnifique, les montagnes elles-même feraient pâle figure à côté d’elle. Face aux doutes, à l’amour, à la souffrance de l’être aimé, elle reste droite, résolue, ferme dans ce qu’elle attend de la vie et de ce qu’elle exige d’elle-même. C’est une incroyable icône féministe dans un siècle où les hommes ont souvent tout pouvoir pour décider du destin d’une femme.

Moi, je me soucie de moi-même. Plus je suis solitaire, plus je suis dépourvue d’amis et de défenseurs, plus je me dois de respect. (…) Je serai fidèle aux principes acceptés par moi lorsque j’étais dans mon bon sens, et non folle comme je le suis maintenant. Lois et principes ne sont pas faits pour les époques où il n’existe pas de tentations ; ils sont faits pour des moments comme celui-ci, où le corps et l’âme se soulèvent et se rebellent contre leur rigueur (…). Si je pouvais les enfreindre pour ma convenance personnelle, quelle en serait la valeur ?

Ce qui est aussi fabuleux dans ce roman, c’est la forte présence des personnages. Pas le moins du monde manichéens, ils sont tous fascinants à découvrir, depuis Mme Fairfax jusqu’aux jeunes Diane et Mary en passant par l’odieuse tante. A travers le regard de Jane, on se force à les observer avec plus de profondeur et souvent, plus de bienveillance. Ils sont tous si humains que l’histoire n’en paraît que plus réelle. Outre Jane, c’est bien entendu M. Rochester qui m’a captivée. Charlotte Brontë prend son temps pour nous révéler tous les aspects d’une personnalité complexe et riche. J’ai parfois eu peur que Jane se brûle au contact de cet homme et de ses mystères. Plus âgé, heurté par la vie et prompt à faire des erreurs dans sa quête du bonheur, M. Rochester est l’un des personnages les plus émouvants de la littérature, et sa relation avec Jane est sublime, loin de toutes les convenances et de tous les carcans.

M. Rochester avait parfois lu mes pensées inexprimées avec une pénétration incompréhensible pour moi ; dans le cas présent il ne prêta aucune attention à la brusquerie de ma réponse verbale ; mais il m’adressa un certain sourire qui lui était tout à fait personnel et dont il ne se servait qu’en de rares circonstances. Il semblait le trouver trop bon pour la vie courante ; c’était un vrai soleil des sentiments … et il le répandit alors sur moi.

Réflexion sur l’éducation, portrait vivant de la société anglaise de l’époque, critique des moeurs, et bien sûr, histoire d’amour renversante et bouleversante, le roman de Charlotte Brontë est immense. Il mérite bien des relectures, et je sais déjà que Jane et son esprit libre et déterminé seront dorénavant des guides pour tracer mon propre chemin.

Note finale : 10/10 ❤ 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close