Mon traître – Sorj Chalandon

La quatrième : 

Il trahissait depuis près de vingt ans. L’Irlande qu’il aimait tant, sa lutte, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis, moi. Il nous avait trahis. Chaque matin. Chaque soir… S. C.



Je ne sais jamais trop comment parler d’un roman de Sorj Chalandon. En un sens, je ne m’en sens pas trop le droit. Mon traître a été mon troisième roman de l’auteur, ce qui m’a permis de confirmer sans aucun doute que Sorj est mon auteur français contemporain favori, et pour autant ce ne fut pas un immense coup de coeur comme pour Le quatrième mur ou Le jour d’avant. Je n’ai pas fini le visage baigné de larmes comme pour les deux premiers – c’est pas plus mal, vous n’imaginez pas dans quel état j’étais après ces deux livres !

Pas un coup de coeur donc, mais une très belle lecture, des retrouvailles très attendues avec cette plume qui me fait frémir jusque dans mes os. Maintenant que j’en suis à mon troisième livre de l’auteur, je commence à pointer du doigt ce qui fait que son style est aussi bouleversant. Il a ce talent pour changer juste un seul mot dans une phrase, de transformer un petit bout d’expression, d’utiliser un adjectif plutôt qu’un autre et ce petit twist vous cueille par surprise et donne une intensité à son paragraphe qui fait battre le coeur un peu plus fort.

Ils avaient frappé Cathy à coups de rosse, ils avaient emprisonné Tyrone Meehan le juste, ils avaient fusillé mon grand homme à col rond, et ils m’avaient souri. Je m’en voulais d’avoir rendu cette moue de politesse. J’aurais dû rester poings blancs et regard clos. Ou alors me dresser, comme un chien, lèvres retroussées, menaçant, relever le front, le menton, les haïr de silence. Je n’étais pas encore du courage d’ici.

« Les haïr de silence ». « Je n’étais pas encore du courage d’ici » … Ça me coupe le souffle.

Le courage d’ici, c’est celui des Irlandais du Nord dans les années 70-80, le courage de ceux qui vont voler le coeur d’Antoine, jeune luthier parisien. « Tony » va croiser la route de Jim O’Leary et de Tyrone Meehan et ces deux amitiés vont changer sa vie et son regard sur l’Irlande. Ce livre est loin de n’être que l’histoire d’une traîtrise. On sait dès le début que Tyrone est un traître, il n’y a pas les intenses rebondissements de fin de roman que j’ai pu trouver dans les deux autres romans. C’est aussi un magnifique hommage à ces femmes et ces hommes qui ont combattu dans l’ombre, une bataille qui, parfois, leur prendra tout – époux, enfant, espoir … Et c’est une superbe histoire d’amitié, comme peu de gens le vivent et surtout, comme peu de gens l’écrivent.

On a tous un Gypo Nolan bien planqué dans nos ventres. Personne ne naît tout à fait salaud, petit Français. Le salaud, c’est parfois un gars formidable qui renonce.

Parce que Antoine, c’est un peu Sorj, et Tyrone Meehan, c’est un peu Denis Donaldson, l’ami de l’auteur assassiné en 2004. Il raconte donc ici son histoire, en partie du moins, et c’est en apprenant ça après ma lecture que j’ai mieux compris le personnage d’Antoine et la force de ses sentiments. Sorj Chalandon a sûrement voulu exorciser une douleur profonde en écrivant ce roman, l’intense douleur d’une trahison qui soulève trop de questions, qui remet en question un combat et surtout, une amitié. 

Et quel incroyable portrait de l’Irlande du Nord … J’ai toujours eu cette attirance inexplicable pour l’Irlande de Dublin, du Connemara et du Ring of Kerry, mais Sorj m’a fait découvrir cette Irlande plus douloureuse, plus torturée et pourtant, si puissante et sauvage. Si ça ne tenait qu’à moi, je serais déjà à Belfast. J’espère pouvoir découvrir cette Irlande très vite et en attendant, il va rapidement me falloir Retour à Killybegs qui donne la parole à Tyrone Meehan parce que son silence va longtemps me peser sur le coeur. Et parce que je veux dévorer toute l’oeuvre de cet auteur de génie.

Note finale : 8/10

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close