Vie et aventures de Jack Engle – Walt Whitman

La quatrième : 

Roman feuilleton publié en 1852, dans le journal new-yorkais The Sunday Dispatch, ce récit retrace l’histoire de Jack, un gamin des rues new-yorkaises recueilli par un marchand ambulant. Quelques années plus tard, son bienfaiteur décide de placer le jeune homme chez Cover, un avocat crapuleux, dans l’espoir qu’il fera carrière. Or, par un hasard des plus dramatiques, le héros se retrouve plongé dans le mystère de ses origines…



Il y a un plaisir tout particulier à se plonger dans un classique qui vous emporte totalement dans une autre époque, dont l’intrigue et le style sont si pleins d’un autre temps qu’on en oublie instantanément à quel siècle on vit. Et alors, quand on sait que le dit classique avait disparu des radars depuis plus d’un siècle et demi, c’est encore plus savoureux !

Pour moi, Walt Whitman, c’est ce célèbre poète américain dont je n’ai jamais rien lu (shame) mais que j’aimais déjà grâce au Cercle des Poètes disparus (« O me, O life, of the questions of these recurring … »). Ce beau roman d’apprentissage publié en feuilleton dans le Sunday Dispatch et redécouvert en 2007 seulement grâce à un doctorant de l’université de Houston est une petite perle qu’il aurait été fort dommage de ne jamais republier.

L’esprit du Christ t’inspirait, Ephraïm, que tu en eusses conscience ou non. S’il m’avait repoussé d’un air revêche, sans doute y aurais-je perdu le corps et l’âme : j’étais dans la détresse, sans parents, sans maison, vivant dans une intimité toujours plus grande avec le crime. Voilà où j’en étais lorsque tu m’as secouru …

J’ai adoré suivre les aventures de Jack Engle, qui nous conte lui-même son histoire en s’adressant parfois directement au lecteur. A travers sa vie, Walt Whitman esquisse une critique sociale de ce New York du XIXe siècle, où les très pauvres côtoient les grandes richesses et où la corruption fait rage dans les milieux de la finance et de la politique. De nombreux thèmes délicats donc, mais abordés avec une innocence et une candeur qui réchauffent le coeur. Dans ce récit, les gentils sont gentils, les méchants sont méchants, mais ce n’est pas naïf pour autant, c’est rafraîchissant, emprunt de compassion et tout en subtilité. L’incroyable solidarité qui règne en maître parmi les proches de Jack Engle, ainsi que la camaraderie et la gratitude ambiantes m’ont sincèrement touchée. Et le bonus non négligeable, c’est qu’on y retrouve des personnages féminins aussi forts et présents que les personnages masculins. Les protagonistes ont tous une personnalité bien marquée ce qui fait qu’on s’attache fortement à eux en à peine quelques pages.

Si la plume de l’auteur dans ce récit est, du début à la fin, d’une simple et touchante beauté, elle n’est jamais aussi émouvante et lyrique que dans une lettre lue par Jack Engle à la fin du roman. Rien que pour ce passage sublime, ce roman mériterait d’être lu, et je conclus donc cette chronique sur un court extrait :

Le bonheur ! Hélas, que d’absurdités circulent sous ce nom parmi les hommes !
Le bonheur ! Je suis en prison, peut-être promis à la mort, et j’écris mes pensées sur le bonheur … N’existe-t-il donc aucun remède pour apprécier la vie ? Ne venons-nous sur Terre que pour trimer et souffrir ; manger, boire et faire des enfants ; tomber malade et mourir ? Dans ce monde qu’est le coeur de l’homme, ne brillerait-il aucun rayon de soleil, ne pousserait-il aucune fleur comme dans l’autre monde ? Et l’amour, l’ambition, l’intelligence et la richesse, ces fontaines où, dans notre jeunesse, nous espérons puiser notre bonheur futur … Lorsqu’ils donnent leurs fruits, n’ont-ils pas le goût de la déception ?

Note finale : 8/10

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close