I am, I am, I am – Maggie O’Farrell

La quatrième : 

Après le succès d’ Assez de bleu dans le ciel, Maggie O’Farrell revient avec un nouveau tour de force littéraire. Poétique, subtile, intense, une œuvre à part qui nous parle tout à la fois de féminisme, de maternité, de violence, de peur et d’amour, portée par une construction vertigineuse. Une romancière à l’apogée de son talent.
Il y a ce cou, qui a manqué être étranglé par un violeur en Écosse.
Il y a ces poumons, qui ont cessé leur œuvre quelques instants dans l’eau glacée.
Il y a ce ventre, meurtri par les traumatismes de l’accouchement…

Dix-sept instants.
Dix-sept petites morts.
Dix-sept résurrections.

Je suis, je suis, je suis.
I am, I am, I am.



Ce livre a été une expérience très particulière dont je ressors un peu vacillante, à la fois marquée profondément par toutes ces expériences de vie hors du commun et hésitante sur ce que j’ai vraiment pensé de cet ouvrage.
Le début, c’est certain, m’a sincèrement déroutée. Maggie O’Farrell a vécu des rencontres avec la mort tellement violentes et fortes que j’ai presque eu du mal à la croire (j’insiste sur le presque !). Ces deux premiers chapitres, c’était « trop », et je me suis demandée si tout le livre allait être de la même teneur. Heureusement, ce ne fut pas le cas, il y a des chapitres un peu plus légers où la mort rôde avec plus de distance. Maintenant que j’ai refermé ce livre, cette première impression s’est éloignée mais je pense que j’aurais préféré que le premier chapitre, si dur, soit suivi d’un autre moins intense.

Ce qui est arrivé à cette fille et qui a failli m’arriver ne peut pas être pris à la légère, ne peut pas devenir une anecdote, une rengaine que l’on raconte et reraconte à table ou au téléphone, et que d’autres s’approprient après. Cette histoire (…) doit être confinée dans un lieu absent de mots, où personne n’entre jamais. La mort m’a frôlée sur ce sentier, de si près que je l’ai sentie, mais c’est une autre fille qu’elle a attrapée et emportée avec elle.

Passé le choc de cette introduction, je suis devenue avide d’en savoir plus, d’apprendre à connaître cette femme à la vie si singulière. Quel désir de liberté, quelle force, quelle détermination chez cette autrice qui a pourtant été tellement heurtée par la vie ! Ses rencontres avec la mort, les leçons qu’elle en retire et la façon qu’elle a des les affronter me stupéfient totalement. Je pense qu’elle et moi, on est fondamentalement différentes, et je l’ai regardée parcourir la vie et le monde avec un mélange puissant d’admiration et d’effroi. Et pourtant, bien que nos caractères soient sans doute radicalement opposés, il y a dans ce livre des interrogations sur la vie, des questionnements, des sentiments qui sont absolument universels et bouleversants dans leur incroyable véracité.

J’aurais aimé savoir que les choses qu’on ne contrôle pas dans la vie sont en général plus importantes, plus formatrices, à long terme, que celles qui se passent comme prévu.

Les mots de Maggie O’Farrell sont sublimes, percutants. Je pense que c’est difficile en tant qu’être humain de ressortir de ce livre sans avoir au moins une fois senti ses tripes remuer et son coeur palpiter.
Et que dire de ce dernier chapitre qui m’a touchée en plein coeur …
Si la mort l’a plus d’une fois effleurée, la vie et l’amour, eux, s’agrippent fermement et par je ne sais quel tour de magie, tous ces accidents de la vie et toute cette angoisse se transforment pour ne laisser au final qu’un vif sentiment de gratitude. C’est un ouvrage qui nous pousse à « être, être, être » sans demi-mesure, à ressentir pleinement les choses et à être reconnaissant pour tout ce qu’on a. Terriblement intime et superbement humain, I am, I am, I am est une lecture qui laisse des traces.

Note finale : 8/10

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close